Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Equipe engagée dans la recherche et la création de supports éducatifs islamiques destinés à toute la famille.

Recherche

Boutique

Pour vous rendre sur la boutique en ligne,

cliquez ICI.

 


Notre nouveauté

Le pack prière

 

Le pack prière fille ou garçon

 

 

 

Notre sélection pour les vacances

 

 

cahier-jeux 01

Le cahier de jeux du petit musulman

 

A-la-decouverte-de-la-Priere.jpgA la découverte de la Prière

5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 11:57

Beaucoup d’enfants arrivent au lycée avec un comportement et un degré de maturité proche de zéro : ils souffrent d’infantilisme. L’infantilisme, qu’est-ce que c’est ? Une nouvelle maladie? Oui, une maladie dont ils sont victimes et dont la société et les parents, en premier, sont les causes.

Quand l’enfant demande à aller se coucher sans brosser ses dents, et que sa mère le lui accorde, c’est de l’infantilisme. Quand il déclare ne pas arriver à faire son devoir et que vous le faites à sa place, c’est de l’infantilisme. Quand on lui achète ce qu’il veut presque sans arrêt alors qu’il ne l’a pas mérité ; quand on le laisse se plaindre de tout sans raison, lui laissant croire qu’il en a le droit ; quand on le laisse regarder des distractions dans la TV, sur sa tablette ou son portable pendant des heures au quotidien (car tous ces outils dans les mains des enfants - et bien souvent des grands - ne sont pas là pour éveiller ou instruire, ouvrez les yeux !) ; quand on n’ose pas le réveiller pour la prière du matin parce que « le pauvre est trop fatigué » ; quand on ne lui parle pas de la mort pour ne pas l’inquiéter ; quand on ne lui apprend pas la lecture du Coran parce que « ça fait trop pour lui » en plus de l’école et des activités, bla bla bla, tout cela c’est de l’infantilisme. La liste pourrait continuer ainsi sur plusieurs pages, mais ces exemples suffisent à mettre en garde. Donc, dès les premiers symptômes, il faut réagir. Comment soigner ? Ecoutons le prophète Mohammed (BS) : Il a conseillé les parents en disant :

« Joue avec lui 7 ans, enseigne-lui 7 ans et soit son ami 7 ans. »

Pour la première partie, tout le monde y arrive plus ou moins sans mal et il y a d’ailleurs, à côté des activités extérieures, tout un choix de produits ludo-éducatifs (livres, DVD, jeux, chants etc.) sur le marché, qui permettent d’animer le foyer et d’imprégner l’enfant d’une ambiance musulmane nécessaire à son éveil spirituel (en plus bien entendu des « gestes » quotidiens : prières, adhkars, jeûne, discussions, etc.)

Pour la 3° partie, al-hamdou lillah, c’est la phase la plus agréable et généreuse, où on peut parler à son enfant comme à un ami, de bon conseil et sans pression. Mais l’enfant entendra seulement si la 2ième partie n’a pas été une source de conflit, d’incompréhension et de refus, s’il y a une confiance (donc une sincérité) et une affection entre lui et au moins un des deux parents.

Alors, tout le problème de l’infantilisme se résout en cette 2° période et donc par cette question : comment « enseigner » ?

Le 1er élément est la parole (qui ouvre à la communication) : il faut parler au quotidien, ne pas manquer une occasion de parler d’Allah, de l’amour pour Allah, de ses prophètes, de n’importe quel élément de la religion. Or cela ne sera possible que si vous, parents, avez de quoi dire. Si vous-même ne savez rien, vous ne pourrez rien transmettre. L’ignorance des enfants est d’abord celle des parents. Et l’âge et les conditions ne sont une excuse pour personne... Au jour du jugement, le jour où chacun essaiera de se sauver sans penser à son père, son frère etc. que dira votre enfant ? Il sera de son droit de se plaindre (et soyez certains qu’il utilisera ce droit qu’Allah lui accorde pour se défendre) en disant : mon père, ma mère, ne m’ont pas enseigné (ne m’ont pas donné les moyens d’apprendre) le Coran…

Donc le 2nd élément est de faire comprendre à l’enfant qu’il doit apprendre le Coran et tout faire pour l’aider et l’accompagner en cela. Et il ne suffirait pas de l’inscrire à un cours en pensant ainsi être « déchargé ». Loin de là. Il faut donner son importance à cela, s’en soucier avec lui, l’aider à réviser, à avancer… or vous ne le pourrez que si vous-mêmes apprenez.

Aussi, à cet âge (pré-ados et ados), ne bloquez pas votre enfant en lui parlant sans arrêt des interdits, donnant ainsi une image négative de la religion. Ne le laissez pas flotter non plus dans un laxisme ambiant, agréable, attirant et facile où il a envie de « vivre comme les autres » car c’est un chemin sans sécurité, sans progrès, sans valeur, ignorant et infantilisant.

Croyez-le, seul l’apprentissage de la parole d’Allah aide à trouver l’équilibre du comportement, le juste milieu dans la vie d’ici-bas, et à grandir, à s’éveiller pour comprendre ce qui est important, à sortir de l’infantilisme, à acquérir une bonne volonté pour les choses de ce monde (bien travailler à l’école pour avoir un métier sans dépendre de la société et pouvoir faire des dons, aider les autres –famille, proches, amis, quartier, œuvres de bienfaisance…) et pour son bien dans l’au-delà (améliorer ses actes d’adoration). Le Coran n’est pas un livre, c’est Le Livre. Le Coran n’est pas un plus, un accessoire, un à-côté, c’est la base de la vie pour tout homme, femme et enfant sur terre. Il est une guérison. Donnons-lui son importance en l’apprenant, le comprenant, le mettant en pratique chaque jour. Luttons et protégeons nos enfants contre l’infantilisme qui leur fait oublier l’au-delà et leur montre la vie comme un terrain de jeu. Ya Allah, aide-nous dans notre tâche !

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Musulmane
commenter cet article

commentaires